20 Octobre 2017

Choisissez votre profil ...

Histoire et patrimoine

Très tôt dans l’histoire, la ville de Saint Denis de Pile a été occupée par les hommes. En atteste des objets datant de la préhistoire qui ont en effet été retrouvés. Au fil des périodes historiques, la ville a pu subir des dommages, en particulier au cours des deux guerres mondiales. Aujourd’hui, Saint Denis de Pile est une commune dynamique qui a su préserver un environnement naturel tout en développant des activités économiques en centre-ville.

 

Histoire

La ville de Saint Denis de Pile est caractérisée par une histoire ancienne, riche en événements. Occupée au temps de la préhistoire, elle s’est christianisée au Ve siècle, où elle prend le nom de St Denis, elle était alors très liée aux évêques de Bordeaux et en partie à Saint Seurin.

Au XIXe siècle, l’Empire décide du tracé en ligne droite de la route de Paris et la construction, en 1857, de la voie de chemin de fer Paris-Bordeaux-Biarritz. Cette dernière renforce la fonction de voie de passage pour la commune qui disposait déjà d’une voie d’eau par l’Isle et d’une voie terrestre Bordeaux-Angoulême-Paris.

Au XXe siècle, Saint Denis de Pile connaît les affres des deux guerres mondiales qui ont bouleversé la France et le monde rural. Les jeunes actifs mobilisés lors de la première guerre mondiale ont entre 19 et 40 ans, 74 d’entre eux meurent dans les combats. Toutes les familles sont concernées, elles comptent parfois plusieurs victimes. Les forces vives de la commune sont affectées et déjà les jeunes doivent chercher du travail en dehors de l’agriculture.

La crise économique de 1930 ne fait qu’aggraver cette situation et la catastrophe du pont suspendu, le 9 juin 1931, vient frapper un peu plus le moral de la commune.

Lors de la seconde guerre mondiale, la population a souffert de l’occupation allemande, de privations, des réquisitions alimentaires, de l’absence des soldats français prisonniers de 1940 à 1945.

Mais aujourd’hui Saint Denis de Pile est une commune en pleine expansion qui ne cesse de se moderniser. Plusieurs projets sont en cours concernant le développement du centre ville.

 

Patrimoine

Saint Denis de Pile, commune ayant traversé les époques depuis la préhistoire, dispose sur son territoire d’un patrimoine qui lui confère une identité propre. Certains bâtiments, liés au passé de la ville, ont un caractère et une histoire atypique :

La chartreuse de Bômale

Située au bord de l’Isle, la chartreuse de Bômale s’étend sur quatre hectares environ. Son histoire commença le 20 février 1581, jour au cours duquel, Henri de Bourbon, Roi de Navarre, vendit les terres à Gabriel Roux, avocat au parlement de Bordeaux. A partir de ce moment là, de nombreux propriétaires se succédèrent, de la famille de Rabar à la famille Vacher. Puis en 1999, la municipalité de Saint Denis de Pile acquiert la propriété qui intègre ainsi le domaine public. Le château est entouré d’un grand parc de plusieurs hectares, planté d’une grande variété d’arbres. Il a servi au tournage du film « En toute innocence » avec Nathalie Baye et Michel Serrault.

Le pont suspendu

Le jour de son inauguration, le 3 juin 1931, le pont suspendu reliant Saint Denis de Pile à Bonzac s’est effondré, faisant seize victimes. Il fut reconstruit par la suite et demeure aujourd’hui l’un des derniers ponts suspendus de la Gironde.

En 1995, BUREN l’utilisa comme support pour une de ses œuvres de « land art », et en 1998, après rénovation, il servit au tournage de plusieurs scènes du film « La bicyclette bleue ».

L’église romane

Située au bord de l’Isle, l’église romane de Saint Denis de Pile fut érigée au Ve siècle par décision d’Amélius, évêque de Bordeaux. Détruite pendant les guerres de religions, elle fut reconstruite au XIIe siècle en forme de croix grecque puis connut, jusqu’en 1860, différentes restaurations et agrandissements modifiant son style originel et lui donnant la forme d’une croix latine. En 1862, elle fut classée monument historique.

Elle abrite le tableau La Visitation de Le Nain, dépôt des collectivités de l’Etat en 1818 à l’initiative du duc Elie Decazes, Pair de France.

 

En images

Close
Saint Denis de Pile
Au début du 20ème siècle Saint Denis de Pile s’écrivait Saint-Denis-de-Piles, avec des traits d’union et un S final. Sans doute une faute d’orthographe latine. En effet, on pensait que l’origine latine du mot Pile était « Pilis » (qui signifie « chartes anciennes ») alors qu’en réalité il s’agit de « Pila » qui se rapporte à un lieu où se trouvent des souvenirs, des traces de l’occupation romaine. Aujourd’hui c’est sans S, les traits d’union eux ont disparu pour cause de… flemmardise !