20 Octobre 2017

Choisissez votre profil ...

Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique

La basse vallée de l'Isle est reconnue de fort intérêt écologique puisque recensée comme une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique (ZNIEFF) de type II entre Guîtres et Libourne.

 

ZNIEFF de type II

La Commune de Saint Denis de Pile se situe dans une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF de type II) dont la superficie évaluée est de 7 900 ha dont 60% sont en Gironde et 40 % en Dordogne. Les ZNIEFF de type II sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes. Elles peuvent inclure des zones de type I et possèdent un rôle fonctionnel ainsi qu’une cohérence écologique et paysagère.

La désignation d’une ZNIEFF repose surtout sur la présence d’espèces ou d’associations d’espèces à fort intérêt patrimonial. L’existence d’au moins une population d’espèce déterminante permet de définir une ZNIEFF.

Les principaux éléments faunistiques et floristiques d'intérêt patrimonial pour le territoire

L'intérêt des ZNIEFF de type II réside dans les parties les plus humides où l'on trouve une flore très originale. Le bocage humide présente également un fort intérêt faunistique, notamment pour les oiseaux (grande diversité d'espèces nicheuses, hivernantes, migratrices), les batraciens et les poissons (frayères à brochet). Cet intérêt écologique global est sauvegardé dans la mesure où les activités humaines restent plutôt sur le mode extensif.

La ville de Saint Denis de Pile, située en ZNIEFF, dispose donc sur son territoire de nombreuses espèces animales et végétales d’intérêt patrimonial :

  • La flore des prairies humides, avec des espèces comme la fritillaire pintade (Fritillaria meleagris), assez rare en Gironde, ou l'orchis à fleurs lâches (Orchis laxiflora).
  • Les fossés des prairies humides, riches en batraciens, avec notamment la grenouille verte (Rana esculenta), repérée dans les Palus du Breuil (limite sud-ouest de son aire de répartition nationale). Cet isolat constituerait le seul point certifié de présence de cette espèce en Aquitaine (LPO, 1996).
  • La richesse en oiseaux nicheurs, notamment de la famille des passereaux avec des espèces comme le bruant proyer et la bergeronnette printanière (oiseaux qui souffrent de la disparition de ce type de milieu), le traquet pâtre, la pie-grièche écorcheur, ou encore la caille des blés dont les populations ont un statut incertain en Aquitaine. Parmi les rapaces, le milan noir est très abondant dans la vallée de l'Isle, mais on peut également observer le busard des roseaux, l'épervier, la bondrée apivore et le faucon hobereau.
  • La présence dans la basse vallée de l'Isle du vison d'Europe, petit carnivore des zones humides, protégé, mais en forte régression à l'échelle de sa population sud-ouest européenne.

 

En images

Close
Les Etangs des Chèvre
Les Etangs des Chèvres ce sont 12 étangs, séparés entre eux par des bandes de terre de 20 m environ. Un dédale de lacs avec de nombreux circuits de promenades. Après la guerre, toute la zone était couverte de vignes, de petite polyculture et d’arbres fruitiers. En effet, avec le rationnement, toutes les parcelles étaient bonnes pour produire quelque chose. Pourtant le terrain n’était pas très riche. Son nom, le lieu-dit des « Chèvres », vient de là : des terres où faire pâturer les chèvres. Dans les années 1960, l’exploitation en gravière a commencé, parcelle par parcelle, au fur et à mesure que se vendaient les terrains. Puis, à la fin des années 1990, grâce à la volonté de la ville, les extractions ont cessé. L’eau de la nappe phréatique, qui est affleurante, a alors comblé les trous des gravières pour former tous ces étangs qui font aujourd’hui le bonheur des pêcheurs et des promeneurs.